Profil
Qu’est-ce qui vous a amenée à la profession de courtier immobilier ?

J’avais ce désir depuis nombre d’années. Ayant géré plusieurs restaurants privés où la satisfaction du client doit être sans faille, j’ai réalisé que le fait de m’occuper des clients et de m’assurer de leur bien-être était un élément qui me plaisait énormément. Cette expérience enrichissante m’a par la suite amenée dans la vente à représenter des produits de grandes marques tels que Moët & Chandon et Courvoisier, et ensuite dans le domaine du meuble comme agent manufacturier où je représentais les plus grands manufacturiers québécois. Puisque le courtage immobilier était toujours présent en moi j’ai profité du virage manufacturier vers la Chine pour réorienter ma carrière. Un choix que je suis loin de regretter.

Qu’est-ce qui a motivé le choix de votre bannière?

Avant d’opter pour Royal LePage Dynastie, j’ai visité différents bureaux. L’atmosphère de cordialité et d’entraide m’a tout de suite séduite. Les portes s’ouvraient sur mon passage, une belle ambiance y régnait. Malgré le fait que chacun travaille de façon individuelle, l’entraide était au rendez-vous.
Ce que j’attends d’un espace de travail est celui que Royal LePage Dynastie m’offre : une excellente atmosphère, une compétition saine entre les courtiers. De plus, Royal LePage est une bannière qui jouit d’une excellente réputation, et peut être fière d’être centenaire!

Parlez-moi de la qualité de votre service.

Une de mes qualités premières et qui est appréciée c’est ma disponibilité. On m’appelle? Je réponds! Il est rare que je retourne un appel plus de 15 minutes après l’avoir reçu. Par la suite, je m’assure de faire tous mes suivis, et de façon rigoureuse. Les visites, les rendez-vous, les interrogations, je ne laisse jamais un client sans réponse; je les accompagne du début à la fin.
Afin de mettre votre propriété sous son meilleur jour, j’utilise toujours les services d’un photographe professionnel. Je m’implique personnellement, nous travaillons ensemble pour nous assurer du meilleur résultat. Parfois, en accord avec le client, une consultation de home staging peut s’avérer profitable.
Je profite aussi d’un très large réseau de main d’œuvre pour petits ou gros travaux, que ce soit avant la mise en vente ou encore après un achat.
Je porte une attention particulière à bien saisir le but de mes clients. Les besoins peuvent être bien différents : certains recherchent un investissement, d’autres un coup de cœur.
Aussi, avant d’écrire une offre d’achat, je m’assure que le prix demandé soit juste. Je fais toujours une recherche exhaustive de comparables afin de m’assurer que le prix offert par mon client sera représentatif du marché.

Parlez-nous des risques de vendre soi-même.

Je pense que de vendre soi-même peut être alléchant si l’on ne considère que l’économie sur la rétribution. Par contre, est-ce une économie de se priver de 80% des acheteurs? Les services de courtiers sont utilisés par 80% des acheteurs. Plus il y a d’acheteurs potentiels pour une propriété, plus on a de chances d’obtenir un meilleur prix. On croit économiser sur la rétribution, mais a-t-on obtenu le meilleur prix? La marge d’erreur est très importante, et dans une transaction comme celle-là, l’erreur peut être très coûteuse. De plus, étant donné qu’il n’y a pas de législation pour le vendeur qui vend par lui-même, celui-ci peut dévoiler l’offre d’achat qu’il a reçue, ce qui peut rendre les acheteurs inconfortables, et surtout non protégés!

Quels conseils donneriez-vous à de premiers acheteurs?

L’achat d’une première propriété est un grand événement. Je conseillerais à des premiers acheteurs de choisir un courtier avec qui ils se sentent bien pour ne pas hésiter à poser toutes les questions qui les préoccupent.
Dans un deuxième temps, je leur conseillerais fortement de se faire préqualifier au crédit. D’une part l’acheteur est enligné sur sa capacité de remboursement et d’autre part, le vendeur est rassuré de transiger avec un acheteur préqualifié. La transaction s’en trouve facilitée.

Quelles sont les qualités qui font un bon courtier immobilier ?

La liste est si longue! Pour n’en nommer que quelques-unes, je mentionnerais la polyvalence, la disponibilité, le talent en négociation, quelqu’un qui sait compter… tout sauf ses heures!
Un bon courtier immobilier doit être une personne ouverte et empathique. Il doit toujours se rappeler à quel point la vente ou l’achat d’une propriété est un événement majeur dans la vie de son client.

Qu’est-ce qui vous satisfait le plus dans votre travail ?

Le fait d’avoir l’impression de ne pas travailler! Je retire aussi beaucoup de satisfaction à rendre les gens heureux et à leur faciliter la tâche dans tout le processus d’une transaction. Lorsque ce sont des acheteurs d’une première propriété cela me ramène toujours au moment où ce fut moi. Je considérais mon courtier comme un «bon père de famille» qui veillait à mes intérêts et en qui je pouvais faire confiance. J’aime cet aspect. M’occuper des gens et les diriger correctement afin de les voir épanouis.